Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
/ / /

A peine rentré de Véranne, c’est avec le souffle un peu court mais le cœur en fête que je m’empresse d’écrire ce petit compte rendu. Il est 15h, il tombe des cordes et je pense aux derniers coureurs des 42 km qui ont dû finir sous l’orage…

            A 6h ce matin, tout le monde était debout : bel exploit pour un dimanche ! Sylvie, Maxime et Baptiste se sont même levés avant moi. Quelle chance d’être soutenu par des supporters aussi motivés !

Nous avons eu beaucoup de plaisir à découvrir le Pilat entre Rochetaillé et Véranne : belle immensité ; route calme et déserte à cette heure-ci, et contrastant avec le grand nombre de voitures déjà stationnées à notre arrivée, dans un pré immense.

Rapidement, j’ai pu récupérer mon dossard, n°789, un beau T Shirt (taille 14 ans !!!!) et 2 litres de jus de pommes.

Après quelques étirements paresseux, c’est en pleine forme que j’ai rejoint les 699 autres coureurs derrière la ligne de départ. L’ambiance était à l’image de ce joli village : chaleureuse. Après les discours de bienvenue des huiles locales et ligériennes, une minute d’applaudissement nous a permis de rendre hommage à Christine, traileuse décédée tragiquement. Ce fut un moment particulièrement émouvant.

            A 9h15, les 700 coureurs se sont élancés : 400 à l’assaut des 21 km et 300 courageux pour les 42, avec la possibilité de changer d’avis à la bifurcation des 2 parcours, au 14 ème km. Si certains hésitaient, il était très clair pour moi que les 850 m de dénivelé des 21 km me suffiraient largement : la chaleur et l’allergie allaient me démontrer que j’avais raison…

Après une centaine de mètres au dessus du village, nous avons rejoint un chemin étroit (ou certains jouaient des coudes pour doubler !) et une première côtelette de 5 km (en réalité très raide, histoire de donner le ton !). Pour la première fois de ma vie de traileur, j’avais pris un gel « Overstims énergix » qui semble avoir été bénéfique puisque ce premier raidillon ne m’a pas posé de problème particulier. Au 7ème kilomètre, les choses ont été un peu plus compliquées : j’ai sorti l’artillerie lourde, en prévision d’une côte monstrueuse jusqu’au 14ème km : un gel au doux nom évocateur : « COUP DE FOUET » !!!! Et là, résultat surprenant…gros « coup de fatigue » et une légère envie de vomir…Mais heureusement, au 10ème kilomètre, un véritable coup de fouet m’a été donné, non par un gel mais par Sylvie (et oui !) et les enfants qui avaient réussi à trouver le premier ravitaillement. Chacun y allait de ses encouragements : Sylvie et ses « Allez chéri ! » (que certains coureurs prenaient pour eux !), Maxime qui me demandait de sourire pour la photo (on peut être crevé mais sourire quand même après tout !) et Baptiste qui me tendait son « dinosaure porte-bonheur » : tout cela fut bien plus efficace qu’un gel !

Un kilomètre plus loin, j’ai eu la surprise et le plaisir d’être « fouetté » une deuxième fois : dans un décor magnifique, perchés chacun sur un rocher, mes parents m’avaient fait la surprise d’être là : quelle joie de les voir et de les entendre acclamer les coureurs. Je mesure ma chance et tiens vraiment à remercier toute ma petite famille pour ces bons coups de fouet !

            Entre le 13ème et le 14ème km, les choses se sont pourtant un peu compliquées. J’ai pu mesurer mes limites : l’allergie associée à la chaleur m’a joué de sérieux tours alors que le parcours devenait progressivement moins difficile (une majorité de descentes entre le 14ème km et l’arrivée). Mais que faire quand on est obligé de courir subitement un mouchoir sur le nez et que l’on sent que le souffle est de plus en plus court ? J’ai dû prendre une allure de croisière, ce qui a eu l’avantage de me permettre de contempler le paysage, d’éviter les chutes (comme ce coureur qui criait de douleur et à qui j’ai donné mon tube de Kamol). Je suis donc arrivé « lonlalonlerre » (comme disait ma grand-mère) au bout de 2h33, musculairement en forme mais le souffle coupé…Baptiste et Maxime m’ont redonné un sursaut d’énergie en parcourant les derniers mètres avec moi. Sylvie et mes parents m’on accueilli comme si j’étais le champion ! MERCI .

            Après une douche bien agréable, nous avons partagé pique-nique et paella avant d’acclamer les champions du 42km. Puis nous nous sommes mis en route sous un orage fracassant.

            Bilan de ce trail :

-          Petite déception liée à mon allergie : malheureusement, je doit tenir compte de mes problèmes respiratoires, plus importants quand il fait très chaud : une pause s’impose donc (j’envisage toutefois le trail des Salles, le 20 juin s’il ne fait pas trop chaud)

-          Je garderai finalement malgré ça un très bon souvenir de cette course : site magnifique (le plus beau jamais fait jusque là), une organisation au top (merci aux bénévoles), une ambiance festive (merci aux musiciens et aux supporters), une joie d’être en famille (merci Sylvie, Max, Bapt, Bergen et Anne-Marie !). Merci à Max pour les photos et à Baptiste pour son dinosaure porte-bonheur. Merci aussi aux Capsules (je sais que vous avez pensé à moi !)

 

La conclusion revient à Baptiste qui a qualifié cette journée en ces mots :

« c’était un moment de bonheur ! »

 

Je profite de ce compte rendu pour souhaiter bonne chance à Fred pour son marathon dans l’Ain et à Pierrick et Fabien pour celui du Mont blanc fin juin.

Encore de belles courses en perspective !

 

Lionel

Partager cette page

Repost0

Partenaires

 
Informatique de Gestion

 
Allégez votre équipement

 

Recherche

Liens